Des élèves du lycée Hélène-Boucher visitent l'Hôpital de la Croix Saint-Simon | L'Ami du 20ème

Accueil
Sommaire du numéro en kiosque
Quartiers du 20ème
Liens du 20ème
Nous joindre
Acheter le journal
Histoire de l'Ami
Comment participer ?
Les archives du 20ème
Les numéros de 2017
Les numéros de 2016
Les numéros de 2015
Les numéros de 2014
Les numéros de 2013
Les numéros de 2012
Les numéros de 2011
Les numéros de 2010
Les numéros de 2009


Des élèves du lycée Hélène-Boucher visitent l'Hôpital de la Croix Saint-Simon


 Des élèves du lycée Hélène-Boucher

visitent l'Hôpital de la Croix Saint-Simon


 Un jeudi de novembre, des élèves de Terminale S du lycée Hélène Boucher, se sont rendus à l’hôpital de la Croix St Simon.

 Après nous avoir accueillis dans une salle de réunion, on nous a expliqué qu’il existait dans  l’hôpital, outre les 

quelques métiers que nous connaissons tous, plus de 150 autres métiers,   tous aussi différents les uns des autres. 

On nous a également fait comprendre le fait que le but même d’un hôpital est de « faire venir le bon patient 

au bon endroit au bon moment ».


Le bloc opératoire

Une fois répartis en deux groupes, nous nous sommes rendus au bloc opératoire, le premier endroit auquel 

on pense quand l’on nous parle d’un hôpital. C’est un lieu très fermé, même pour le personnel, dont toutes les salles

 sont dotées de sas, pour éviter le risque d’infection.

Le bloc comprend quatre parties :

-la salle de réveil; c’est un anesthésiste qui décide si les patients peuvent en sortir.;

 - les réserves, dans lesquelles tout le matériel réservé à l’opération d’un patient est commandé

à l’avance et arrive en sachets stériles;

- les diverses salles d’opération, différentes selon les spécialités chirurgicales ;

 - le « couloir sale », situé derrière les sorties des blocs, où l’on met les déchets et les outils sales, 

qui sont ensuite nettoyés.


Le laboratoire d'analyse

Après avoir visité le bloc nous nous sommes rendus dans le laboratoire d’analyses biologiques de l’hôpital, 

dans lequel les biologistes étudient de 700 à 800 échantillons sanguins par jour!

Une partie des praticiens pratiquent la bactériologie afin de voir si les antibiotiques sont

efficaces. Pour devenir un technicien, il faut faire un BTS d’analyse bio, et pour devenir un biologiste,

 il faut faire des études de médecine ou de pharmacie.

Enfin, il faut noter le fait qu’une relation constante existe entre les biologistes et les médecins,

qui se demandent de l’aide dès qu’une nécessité se présente.


Les médicaments anticancéreux

Ensuite nous avons visité l’endroit où l’on prépare les médicaments anti-cancéreux dans un isolateur clos

 contrôlé par plusieurs sas permettant une stérilisation optimale du matériel et un confinement certifié. 

50 préparations de traitement (poches et seringues) sortent chaque jour de cette unité centralisée.


La stérilisation du matériel

Puis, nous nous sommes ensuite rendus dans la salle de stérilisation centrale, où arrive le matériel utilisé de l’hôpital, 

qui est lavé en plusieurs étapes. Le matériel subit un premier nettoyage au bloc avant de descendre sur 

des monte-charges, est mis sur un chariot, lavé par

des laveurs professionnels, et mis dans des boîtes pour passer à l’autoclave (une sorte de cocotte-minute),

 refroidi et enfin validé par un agent de stérilisation. Ce n’est qu’une fois cette tâche achevée que le matériel

 est jugé apte à retourner au bloc, et qu’il y est renvoyé.


Les archives et l'informatique

On nous a ensuite présenté les archives de l’hôpital, où tous les dossiers sont gardés durant 20 ans, et où on reçoit 

près de 25 000 dossiers par an. Dans ceux-ci, on peut voir les examens, les médecins et les maladies que le patient

 a eues. Enfin, on nous a permis de faire une visite rapide dans le service informatique de l’hôpital, qui contient 

9 serveurs physiques et 130 serveurs virtuels, pour un total de 130 To de stockage.

Ainsi, cette visite de l’hôpital nous en aura appris Beaucoup sur son fonctionnement et sur les futures carrières professionnelles pouvant nous y emmener.

.

*Document rédigé par les élèves du lycée Hélène Boucher et revu par le service de communication du Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon